amerindia-amérindiens- amerindian cultures)
 
Qui suis-je ?

. Echanger des informations pour la défense des peuples amérindiens, de leurs droits, cultures, ressources naturelles . Exchange informations in the defence of amerindian cultures, tribal reserves and natural resources

Derniers articles
Menu

Mes amis
    Liens


      Page 1 sur 1
      Page précédente | Page suivante

      25/01/2013 - défense des réserves indiennes qechua en Equateur

      Défense de la réserve Kichwa en Amazonie equatorienne

       

       En Equateur, le parc national Yasuni, territoire des Indiens Kichwa (Quechua) est en passe de devenir un champ d'exploitation pétrolière.communauté quechua

      Rafaël Correa, le  président, en période de réelection, propose de confier à des investisseurs étrangers 4 millions d'hectares (supérieur à la surface de la Hollande), en violant les droits des peuples indigènes. 

      Signez une pétition contre ce projet:

       http://www.avaaz.org/fr/petrole en amazonie/?bhrOddb&v=21303

       

       lisez un article complémentaire: 

       http://amazonwatch.org/news/2013/0107-oil-extraction-how-oil-production-impacts-the-rainforest

       



      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      31/12/2012 - cosmopoles, poésie de voyages

      rectoverso

      COSMOPOLES

      anthologie poétique 1975-2010
      bilingue portugais-français
      François Luis-Blanc
      Préface de José Carlos Vilhena Mesquita et Teresa Rita Lopes
      Témoignages poétiques
      POÉSIE EUROPE Portugal


      Ce recueil de poèmes glanés au long des années 1974-2010 retrace "le portrait spirituel d'un médecin qui ressent dans l'âme les blessures et les maux de ceux qui souffrent de la répartition inégale des richesses matérielles, dans un monde marqué par une terrible indifférence. Il part pour l'Amérique profonde et navigue parmi des mondes inconnus, du Nordeste brésilien vers la mythique Cordillère des Andes, dans l'humble mission d'aider les fils déshérités d'un dieu mineur." Extrait de la Préface.




      ISBN : 978-2-336-00413-6 • septembre 2012 • 92 pages

      Prix éditeur : 11,40 € / 75 FF
      [retour]

      Commander

      http://www.librairieharmattan.com


      Commander la version numérique (Pdf texte) : Commander la version numérique au format Pdf (-25%) 9,00 € | 2 891 Ko
      EAN Ebook format Pdf : 9782296505353


      du même auteur
      ANDES LA VOIE DU CONDOR
      François Luis-Blanc
      MÉDECINS ET CHAMANES DES ANDES
      François Luis-Blanc


      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      21/09/2011 - cheaf Raoni against the amazonian dam in Kayapo reserve Xingu

      We the indigenous people of the Xingu region, do not want the Belo Monte dam. We are fighting for our people, our land but also for the future of the planet. We the 62 indigenous leaders of the villages....(Xingu reserve) have already undergone many invasions and faced many dangers ...

      sign our petition:

      http://raoni.com/

       

       

       

       



      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      18/04/2011 - Una tarde en la Rabida (Huelva, España)

      Monasterio de La Rábida

      (HUELVA-ESPAÑA)








      Unos creen en la reencarnación, otros hacen la experiencia de pasar al otro lado del espejo. Llegando delante del monasterio de La Rábida, me siento como Colón tocando a la puerta con su hijo, el portulano secreto en la mano, lleno de ilusión. Todas mis fibras íntimas vibran al eco de un mundo visitado sobre otros continentes -iberoamericano y asiático-, en el Perú, Guatemala y en las lejanas Filipinas. La descubierta del Nuevo Mundo, la época de la Conquista, el siglo de Oro, los he vivido en Tasco en México, o Cusco en los Andes, ciudades que parecían salir del siglo XVI, apenas alteradas. Allende del Océano Atlántico, de regreso al Viejo Mundo, descubro a mi vez el otro lado del espejo en ciudades como Salamanca, Toledo, Sevilla y hoy, Huelva, en La Rábida.
      A lo largo de la peregrinación por el claustro del convento es imposible no sentir una emoción al imaginar los siete años de Colón, recorridos en la lucha tenaz del hombre portador de una idea revolucionaria: viajar por una ruta marítima al Occidente para atingir el Oriente y sus fascinantes riquezas. La entrevista con el Padre franciscano en la humilde celda para exponer ese gran proyecto se torna palpable. En la sala capitular, es tentador ver detrás de los balcones, en la luz ofuscante, deslizarse las carabelas sobre las aguas unidas de los ríos Odiel y Tinto, zarpando hacia mares desconocidos para dar inicio al mayor vuelco de la historia.
      Ecos de músicas antiguas surgen en mi mente... las glosas y los tientos de Antonio de Cabezón, las canciones y villanescas de Francisco Guerrero. Una voz de soprano eleva el canto sagrado del compositor, llevado por la peste en el final de este siglo mítico, y el himno a la ‘Virgen Santa’ recuerda imágenes pintadas por El Greco, versos del poeta andaluz Góngora. Los fabordones resucitan el Jardín del Edén de El Bosco, donde el misticismo de Juan de la Cruz se une a la explosión profana del Renacimiento.
      Colón es ejemplo para todos de una aventura solitaria, de un paciente trabajo de convicción frente a la vida suntuaria y fútil de la nobleza, frente a la rapacidad de los negociantes, a la sospecha de los jueces de la Inquisición, defensores del dogma y de la única verdad. Ejercicio de fe en su valor propio del hombre obcecado por un mundo, animado por una vocación vista como locura por muchos.
      Mi admiración no acompaña al gran navegador más allá de su primer paso en las islas descubiertas. No existe para mí tal hazaña como el descubrimiento ex nihilo de un nuevo continente. Era más bien el reencuentro de los europeos con las civilizaciones Inca y Azteca, tan ricas como nuestro Renacimiento. No es tampoco admiración, sino pena que siento al contemplar los altares rutilantes de oro de las catedrales andaluzas. El oro, lágrimas de los dioses incas; también sangre y sudor de los pueblos indios. ¿Cómo olvidar la extirpación etnocida de las idolatrías, los genocidas, la esclavitud que envilecieron esos tiempos?
      Una divagación en el Museo de Huelva alrededor de las poblaciones radicadas en las tierras andaluzas y algarvías me administra su brutal verdad. Brillantes civilizaciones aparecen solamente a través de sus artefactos, piedras esculpidas, cerámicas, armas, fundaciones de edificios, estigmas humillados de los tartessos, fenicios, griegos, romanos, visigodos, almorávides... Si tantas civilizaciones perecieron bajo los golpes de invasores o bárbaros, ¿cuánto tiempo queda a la nuestra?
      Frente a la estatua gigante de Colón, erecta delante del océano como un desafío al tiempo, contemplo el Siglo de Oro: es una quintaesencia de todas las edades de una vida humana. La adolescencia es el paso de la Edad Media al Renacimiento, tiempo del amor platónico de una mujer inaccesible, sublimado en la vida mística de Teresa de Ávila, tiempo del camino de purificación por el desprendimiento de todos los lazos terrestres. Viene entonces el regreso a las experiencias humanas de la vida adulta, cuando el hombre se rinde a sus deberes cotidianos sociales y familiares. La idealización de la naturaleza y el estoicismo del período barroco corresponden a la edad madura, al desánimo que nos invade frente a los horrores cometidos por la Humanidad. ¿Cómo explicar a un discípulo de la cultura francesa que la ‘náusea’ de Sartre o el sentimiento de absurdo de Camus ya lo expresaban los poetas del Siglo de Oro? Llevados por su desengaño, su deseo de retiro en ermitas solitarias, se refugiaban en la naturaleza para cultivar el estoicismo, como los clásicos romanos, el poeta Horacio, el filósofo Séneca, que por ventura era andaluz. Así, bajo el reino de un soberano absolutista, Felipe II, heredero de un imperio europeo y de todas las riquezas del Nuevo Mundo, han desfilado todas las edades y los destinos del hombre. Como delante de mis ojos, los fantasmas de un pasado glorioso.









      © François Luis-Blanc : "Una Mirada a Huelva", Editora La Espiga Dorada, Huelva, 2004    


      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      16/02/2011 - Book: Nostalgie d'Amazone
                                    NOSTALGIE D'AMAZONE                   

               rio madre de dios, reserva do manu, peru

      « Sur une rive de l’Amazone où je me suis  retiré depuis des années, je vois défiler le monde. Les eaux s’enfuient, indifférentes à mes interrogations. Pourtant elles soulèvent en moi les vagues opaques du passé. Les pluies et les saisons roulent, les souvenirs affluent à la dérive du fleuve: conquête du pouvoir, des richesses, passion pour une femme, pacte avec le diable, enlisement puis rédemption andine. Une séquelle de luttes pour la survie, de tentatives pour achever une œuvre, la recherche de vérités évasives dans les traditions des peuples rencontrés… Il y a maintenant cette fusion avec la nature qui s’infiltre dans les fibres de mon corps, arbre, plante, animal, insecte de la jungle, ces rites shamaniques… La vie a coulé comme le fleuve.            

      Sommaire: Au bord de l’Amazone/Escapade méditerranéenne/La bastide des enfants/Sur le Rio Ceibol au Péten/Féeries et terreurs d’une rivière/Fugue en pleine inondation/L’enlisement /Peuples et objets incaïques/Plantes fossiles au pied des sommets sacrés/ Traversée de la cordillère des Andes/Ce que m’a dit le Vieux de la montagne/Au cœur du volcan/Réflexions d’un gorille sous les volcans africains/Voyage en cosmogonie maya/Entre mer et sierra : possession du Barrocal/Le temps des cascades/La fable de l’orchidée/La tribu de chasseurs cueilleurs/Le haut Amazone en pirogue/Le savant indigène/Rites et traditions amérindiennes/ Au fil du fleuve avec Koch Grünberg/Rivières assoupies/Epiphanie dans l’océan primordial : Mourir à Belém/Table des illustrations/Notes bibliographiques 

      L’auteur :

      Médecin, anthropologue, a vécu et travaillé vingt-cinq ans en Amérique latine. Membre de l’Académie des Sciences de New York et de la Société des Américanistes au Musée de l’Homme à Paris. Il a enseigné dans diverses universités d’Amérique latine et mené plusieurs projets de recherches et de développement auprès des communautés indigènes andines et amazoniennes. Il a publié plusieurs ouvrages sur les médecines traditionnelles dont Médecins et Chamanes des Andes (1995) et La Voie du Condor (2001), Editions L’Harmattan. Actuellement il édite un livre sur le développement durable de l'Amazonie avec la direction de l'environnement de Cusco, Pérou)

      to upload the ebook, click on this link:

      http://www.amazon.com/dp/B004NIFSJS

       (french edition: AMAZON.COM) 



       

       

      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      8/03/2010 - shamanism in South America

       

      Trance and Shamanic Cure on the South American Continent:

      Psychopharmacological and Neurobiological Interpretations

      (author: françois blanc)

      Anthropology of Consciousness, Vol. 21, Issue 1, pp. 83–105, ISSN 1053-4202, & 2010 by the American Anthropological Association. (All rights reserved).

      (Look at a preview of the movie "El Gran Dragon")

      click on: http://vimeo.com/53543782

      abstract (to read the full text, click on:

      http://authorservices.wiley.com/bauthor/WISproxy.asp?doi=10.1111/j.1556-3537.2010.01022.x&ArticleID=655322)

      This article examines the neurobiological basis of the healing power attributed to shamanic practices in the Andes and Brazil in light of the pharmacology of  neurotransmitters and the new technological explorations of brain functioning. The psychotropic plants used in shamanic psychiatric cures interfere selectively with the intrinsic neuromediators of the brain. Mainly they may alter:

      (1) the neuroendocrine functioning through the adrenergic system by controlling stressful conditions,

      (2) the dopaminergic system in incentive learning and emotions incorporation,

      (3) the serotoninergic system  in modulating behaviors, and mood, and (4) basic functions implied in anxiety or depression.

      PET scans and functional magnetic resonance imaging studies of hypnotic trance and altered states of consciousness may provide a useful model for the neurophysiological phenomena of shamanic drum-and dance trance. The reorganization of cortical areas and the direct interconnections between the prefrontal cortex and the dopaminergic reward centers in the limbic system are of particular significance for human social judgment and symbolic processing. Those centers, including the hypothalamus and the amygdala (associated with psychosomatic equilibrium, memory, and emotion) are enhanced. This arousal may be amplified in order to induce a cathartic crisis, the shamanic trance. It is suggested that through this holistic approach the shaman empirically interferes in neurobiological dysfunctions.

      reward system(in blue)

      keywords: shamanic trance, neuropharmacology, neuroimagery, hypnosis

      Introduction and methodology

      The author of this article lived in Brazil from 1973 to 1980 where he studied medical aspects of the ritual practices of Candomblé and Umbanda (Luis-Blanc 1981). He then went to the Andes and spent two years in 1983–84, teaching about infectious diseases and doing field research with students from the Medical School of Cusco, Peru. This medical school, founded in the years 1980–81, includes in its curriculum a communitarian work project within the Andean communities (called ayllus) around the Sacred Valley. Students attend courses about traditional medicine in an attempt to integrate the traditional healers and shamans into the public health service as an official policy.The author followed this field experience with several missions and further visits to  indigenous communities. Based on the results of 25 years of participant observation and the field work with the health agents and academic team of the Medical School of Cusco, this article examines some of the traditional healing practices of Brazilian and Andean peoples through interviews with the ‘‘guardians of memory’’ represented by several curanderos/as (healers) and a few shamans. The author defines curanderos/as as healers who use medicinal plants and shamans as mediators between their community and supernatural forces.

      In this article emphasis will be put on neuropsychiatric cures conducted by the healers and shamans whose unquestionable efficacy (beyond the common suggestive effect) induced the author to examine their neurobiological basis.

      Firstly, this article analyzes the pharmacological effects of intrinsic neuromediators and traditional vegetal psychotropic substances. Then the author will discuss the correspondences between the trance or shamanic healing and the physiological phenomena in the cerebral circuitry in the light of the latest cognitive neuroscience and neuroimaging knowledge that allows insights into the shamanic practices.



      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      22/06/2009 - La Amazonia Peruana- Roger RUMRILL

      La amazonia peruana

      Para ver uma pelicula de una tribu amazonica  (Boca del Infierno, Madre de Dios)

      http://www.youtube.com/watch?v=8WVq43rw56Y

      Para saber mas sobre  culturas amazonicas, consulte el site:

      http://www.wanamey.org/

      LA ULTIMA RENTA ESTRATEGICA DEL PERU EN EL SIGLO XXI O "LA TIERRA PROMETIDA".

      ... Requierese una politicade Estado que privilegie el cuidado de la biodiversidad, su aprovechamiento sostenible con valor agregado creciente, incluyendo la asociacion de indigenas y de todas las sangres populares en la propriedad, la gestion y las utilidades...

      ... si la moderna economia global para lograr las actuales tasas de ganancia y utilidad, sobre todo las empresas mineras y petroleras, tiene que ocasionar los niveles de contaminacion de la atmosfera, rios, lagos y oceanos, la erosion de los suelos y ecosystemas y todo el desastre ambiental que padece y sufre el planeta, entonces la mundializacion es un sistema obsoleto porque esta poniendo en peligro las bases materiales de la supervivencia de la especie humana...

      ... desarollo a través de una politica fiscal que compense los déficits infraestructurales, energéticos, médicos, educacionales, cientificos y tecnologicos que persisten en la Amazonia...

      Un modelo de desarollo sostenible donde las ramas economicas sean... el biocommercio, la bioindustria y los bionegocios, mediante un sistema de World Trade Center y una red de Ecoparques o Ecocentros...

      ... En el pensamiento magico  de la cosmovision indigena amazonica, la realidad tiene aspectos materiales y no materiales, visibles y no visibles, ordinarios y extraordinarios. Este cosmos esta compuesto por diversos mundos ubicados en espacios y planos diferentes: el mundo del bosque, de los rios, de las cochas...con las esencias primordiales: las madres de la naturaleza, los genios de las plantas...

      ...Ese libro nos ayuda a vislumbrar esa  vieja utopia de "El Paititi" ... La ciudad de oro escondida en la selva. 



      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      19/01/2009 - Recherche d'un vaccin leishmaniose, Research on a Vaccine against Leishmaniasis

       COOPERATIVE RESEARCH ON A VACCINE AGAINST LEISHMANIASIS IN MANU, PERU

      Coordination: Prof. François Luis Blanc, 2001-2007

      partners: France: IRD, Institut de Recherches et Développement. 

                       Peru: UNSAAC, (Prof. Rosa Pacheco,  unidad leishmaniasis, Cusco).

                       Universidad Cayetano Heredia UPCH, (Prof. Jorge Arevalo, molecular biology dpt, Lima).

       

       

       

       MOVIES : A preventive campaign against Leishmaniasis  in a matsiguengas community of the peruvian Amazon (sept 2006)

      click at :

        1.http://www.youtube.com/watch?v=OQI2PlHZF4I 

       

       2.http://www.youtube.com/watch?v=66UUHzDYGTY

       3.http://www.youtube.com/watch?v=m-9Pk4-tMbI

       

        look at a film about prevention:

      click at:  http://www.youtube.com/v/i3LJ_hkN0uM&rel=1

      PROJECT DESCRIPTION :

        localisation: http://maps.google.fr/maps?hl=fr&ie=UTF8&ll=-11.490791,-68.587646&spn=4.832709,9.84375&t=h&z=7

       

      Objectives of the project : 1- To understand, through a multidisciplinary approach, why in an endemic area of Manu, Perú, different clinical outcomes (asymptomatic/paucisymptomatic versus severe mucocutaneous (MC) or visceral disease (VL) result from infection by Leishmania braziliensis : identification of factors determining resistance or susceptibility to the disease.2- To evaluate the potential efficiency of excretory/secretory antigens of Leishmania promastigotes to induce protective immunity (Th1 type response) using human cell culture assays.Specifically, the project proposal will address following objectives :
      1- To characterise the study population by a two years longitudinal follow-up.
      2- To characterise the humoral and cellular immune response (ex-vivo) of the host to total Leishmania antigens and to the candidate vaccine antigens (LESA) in subjects with cutaneo mucosal MC or VL (before and after treatment) and asymptomatic subjects.
      3- To evaluate the impact of parasite diversity on L. braziliensis infection outcome and on the subjects immunological responses.
      4- To search for host genetic factors determining susceptibility or resistance to the disease and/or polarised immune responses. Our research project, integrating on the same subjects epidemiological, parasitological, immunological and host genetic studies will for the first time provide a clear picture of the interplay between environmental, parasitic and host factors in the development of MC and VL. The study of the vaccine antigen specific antibodies and of the cellular immune responses induced ex-vivo in T-cell stimulation assays in VL patients before and after treatment and from asymptomatic subjects will determine if the project should be followed by a vaccine trial. Furthermore the immunological and host genetics studies will provide new insights on the critical biological pathways implicated in the host resistance or susceptibility to MC or VL and therefore help in orienting new therapeutic or vaccine strategies. 
        

      State of the art

       Visceral leishmaniasis (VL) is the most severe form of leishmaniasis. VL is a chronic disease caused by viscero-tropic Leishmania parasites (L. donovani, L. infantum L. chagasi, L. braziliensis). Mucocutaneous (MC) “espundia” is more common in the amazonian basin although a few outbreaks of visceral forms have been reported. MC Leishmaniasis due to L. braziliensis begins with simple skin ulcers, but these can spread to hideous tissue destruction-especially of the nose and the mouth, a disease already known to the Incas as the “UTA”.

      Leishmania that are inoculated to their human host by sand flies, rapidly invade macrophages. The main clinical symptoms of VL are an enlarged spleen and a prolonged irregular fever and the disease is almost always fatal if left untreated. Approximately *500,000 new cases of human VL occur annually and the disease is mainly found in Brazil, Peru, East Africa and on the Indian sub-continent. Affected populations are among the poorest in the world and are not much aware of existing preventive measures. Furthermore misuse of the first-line drug in these communities is widely spread  and the lack of response to pentavalent antimonials has been increasing sharply these last years.

        However, in endemic areas it is now well established that most exposed individuals are asymptomatic. These individuals are able to mount a protective cellular immune response against Leishmania and either eliminate infection or remain asymptomatic carriers. Factors determining whether an infection remains asymptomatic or progresses toward VL or invalidating MC are largely unknown and probably result from the complex interaction between environmental, parasite and host related factors. In order to develop disease control strategies, it is therefore fundamental to understand why in a given transmission focus some subjects remain asymptomatic whereas others develop VL or invalidating MC. Furthermore there is an urgent need for the development of new low cost drugs and/or new therapeutic interventions such as a vaccine. Three types of markers or factors were identified: (i) indirect genetic markers of pathogenicity, (ii) factors called invasive/evasive determinants and (iii) factors called pathoantigenic. However data are lacking on the role played by such factors in natural population of parasites and yet no genetic markers were found to correlate with the different clinical outcomes. From the host point of view, cumulative data from human epidemiological studies now indicate that host genetic factors play an important role in the determination of the VL or MC resistant/susceptible status. Several genetic studies of VL multi-case families carried out in Sudan have shown that alleles at the NRAMP1, lL4 and INFG loci are preferentially transmitted from heterozygous parents to their affected child.
      These results suggest that polymorphisms of these genes may predispose to VL and fit well the T-cell mediated nature of the disease. However a genome wide search for susceptibility genes in Sudanese families showed that other genes than those identified in mice play a most important role. This study identified a major susceptibility locus for VL on chromosome 22q12 and possibly another one on chromosome 2q23. Whether the same genetic loci or different ones are involved in peruvian VL or MC remains to be studied.

      Immunity in leishmaniasis is considered mainly T cell-mediated, but also more non-specific factors acting in the early stage of infection are now considered as important for either the progression or control of disease. In cutaneous Leishmaniasis MC, the outcome of infection is critically dependent on the activation of one of the two Th1/Th2 CD4+ T-cells subsets.

      Cures for leishmaniasis are related to a Th1-type cellular immune response leading to the activation of infected macrophages and NO-mediated amastigote killing. In contrast Th2 lymphocytes expansion often results in disease progression. However in human infection by L. braziliensis such a dichotomy of the CD4+ T-cells has not yet been fully documented and we will try to identify a number of immunologic parameters in subjects exhibiting patterns of progressive disease or apparent resistance.

      Recently, a vaccine against canine VL(Ref) was developed involving Leishmania excreted secreted antigen (LESA) produced in axenic conditions (IRD, France). LESA was proved efficient both experimentally and in naturally Leishmania infantum exposed dogs of southern France (90% protection). The vaccine-induced protection correlates in dogs with an early establishment of a long lasting predominantly Th1-type cellular immune response specifically directed against LESA before and after experimental and natural infection.

      ASPECTOS INOVADORES (spanish)

      - El estudio de los factores biológicos, ecológicos y socio-culturales que afectan la incidencia y la prevalencia, y la evolución de las enfermedades tropicales, y el indagar al mismo tiempo por los efectos y la visión de las enfermedades en la cultura  y la organización social del grupo matsiguengas en estudio, contribuye a que la epidemiología ecológica y socio-cultural tengan un mayor impacto en la prevención de la enfermedad por la misma población. Se enfoca la prioridad en el control de los vectores (lutzomyia chagas y yulli) usando sprays de insecticidas en las casas y en la destrucción de los huéspedes reservorios identificados (roedores orizomis).
      - El conocimiento de los focos ecopidemiologicos de la Leishmaniasis en la selva amazónica ha permitido profundizar en la ecología de la transmisión de la Leishmaniasis Tegumentaria Americana. Se pretende avanzar en el conocimiento ecológico de la selva amazónica, en la cadena ecológica de climas, suelos, y poblaciones y animales y en el conocimiento de los tratamientos tradicionales con plantas.
      - implementar una prevención vacinal : una nueva generación de vacunas esta investigada por Jean-Loup Lemesre, IRD Francia. Una investigación de la eficacia en humanos podría ser aplicada a la comunidad Matsiguengas y a los visitantes ocasionales de la provincia de la Convención (Turistas a Machu Pichu, colonos y migrantes sasonales).
      RESULTS (September 2010)
      The humoral and cellular immune response (ex-vivo) of the host to total Leishmania antigens and to the candidate vaccine antigens (LESA) in subjects with cutaneo mucosal MC or VL was not significant enough to select a purified secreted peptide available for a vaccine.

      Ref: LEMESRE J.L., HOLZMULLER P. CAVALEYRA M., HOTTIN G., PAPIEROK G. Protection against visceral leishmaniasis infection in dogs immunized with purified secreted antigens of Leishmania infantum promastigotes, Vaccine, (2005), vol 2, 2840.

      AGUILAR E.D., VARGAS AYITUMA A., Pruebas parasicológicas e intradermo reacción de Montenegro (IDRM) en pacientes clínicamente diagnosticados con Leishmaniasis del distrito de Yanatile, Calca, Cusco. Situa VIII (1995), p 45-48.

      VUE SATELLITE

      http://maps.google.fr/maps?hl=fr&ie=UTF8&ll=-11.490791,-68.587646&spn=4.832709,9.84375&t=h&z=7



      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      6/12/2008 - COSMOPOLES: poèmes de voyages en terres ibéro-américaines


       livre    BRASILIA 

       look at a movie about this poem,

      click on:

      http://fr.youtube.com/watch?v=QhX2WVR01Lk  

      CÉU  

      Canta a pedra nua na luz, grita a alegria sob o céu azul de aço acumulado.

      CATEDRAL

      Os arcos lançados abraçam os vestíbulos desertos, abrem-se em prece ardente, juntam suas mãos coroadas sob a sombra velada. As cristas aceradas estalam o espaço na elipse das nuvens.

      PALACIO

      A áspera cidade banha seus pés nas cascatas brotando de anthurium e de bronze. O horizonte recolhe os brancos jorros no ar esmaltado. Os vultos de mármore, as fontes enlutadas e os reflexos desfigurados perpetuamente derramam-se.

      APOGEU

      A fraternidade erguida, o Homem, o calor da pedra comungam-se.

      livre look at a movie about the poem " L'homme de la Caatinga"

      http://fr.youtube.com/watch?v=5r5UzutbFRE

       

      O HOMEN DA CAATINGA                                           

       Infeliz, sofro e desgosto-me no correr dum longo vale.  Os espinhos mordazes dos matagais rasgam, cruéis, meus ossos transidos.   Estes cadáveres erguidos ao sol como uma oração choram. A árvore, nua, grita, suas raízes imersas na água corrupta. Sobre a terra queimada passa um caminho de sangue. Neste deserto de cinzas as mãos se torcem numa muda súplica. As mamas de pedra surgem no horizonte índigo                                  O vale está morto...  

      No entanto a relva tímida revela seu frescor, os incêndios esgotam-se sob a ameaça das neblinas derramadas. O couro endurecido que me veste encerra sua haste cortada pelos ramos que a açoitam. Jamais sofrerei senão leves arranhões e jamais viverei senão de céus insondáveis, da embriaguez dos ares e de sóis deslumbrantes.                             

      Bahia,

       



      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      26/05/2008 - Andes, de l'horreur à l'extase


      ANDES  De l’horreur à l’extase (I)    

      choza sur l'altiplano

       Look at a movie about crossing the Andes by a port at 4300m, under the Veronica summit; click at :

      http://www.youtube.com/v/30bYv2gx6dY&hl=fr

      A nouveau sur la brèche pour agiter mes projets andins. Loin des soucis matériels quotidiens de France, je savoure paix et harmonie, dépouillé de vaines ambitions. Réchauffé au feu des amitiés péruviennes. Rendre grâce pour cette liberté retrouvée, cette opportunité de renouer avec ma Jérusalem, ma Mecque des Andes, Cusco, ombilic de mon univers, ville haute comme Machu Pichu, lieux sacrés qu’il faut mériter ; là où ma recherche spirituelle et humaine a trouvé son aboutissement.Retour à Cusco avec un sentiment d’humble révérence. Inconfort aussi, vie spartiate, douleurs, humiliation organique, lenteur d’idéation, parasites de la peau. Mais la grande famille est réunie à mon arrivée, Pepe, Doris, Rosa, Santiago, Carmela. Voici leur livre, leur histoire qui sera publiée un jour en espagnol pour faire connaître la cosmovision andine et les débuts épiques de l’Ecole de Médecine aux visiteurs étrangers.Demain, à peine débarqué, l’expédition à Paucartambo, 2800 mètres d’altitude, en compagnie des jeunes médecins. Je le souhaitais secrètement. De bon augure.

      ayllu A 5 heures du matin, les montagnes fumant toutes leurs pipes géantes, ascension de deux heures, à un pas de sénateur pour moi. Je suis accompagné par un ange gardien indien, Justino, voiture balai qui a reçu la consigne de me porter si besoin est. Je ne lui imposerai pas le fardeau de ma personne heureusement, malgré mon cœur en chamade, mes poumons au bord de l’asphyxie et ma tête prête à exploser. Je m’arrête fréquemment et progresse cahin-caha jusqu’au plateau du village, où je débouche trente minutes après les jeunes jambes. Premier coup de folie pour moi, dans le but de sonder mes réserves vitales. La carcasse grince mais avance toujours. La mauvaise graine résiste. Depuis l’aube, cinq heures de marche en altitude, 500 mètres de dénivelé, le corps torturé mais en résistance. « Marche ou crève ». Une dernière sortie dans les communautés indiennes auxquelles je doutais de pouvoir accéder encore. Un rajeunissement de 18 années.

      Assemblée communale des 70 chefs de famille en chaude discussion : un bébé est mort, les responsabilités sont discutées : a-t-il été transporté trop tard au poste de santé ? Une amende est votée à contre cœur, entre 100 et 200 soles pour les retards d’examens de grossesse ou les décès injustifiés. Mais qui a le droit de juger une mort inutile ? Dans la salle étroite, l’air est chauffé à la présence humaine. La sueur des hommes remplit l’atmosphère d’un remugle de paille et de coca, mais cela ne pue pas. Une visite des tinettes, les latrines que les villageois ont grand peine à accepter et utiliser convenablement. Cela n’entre pas dans les habitudes incas et déféquer au grand air, face au paysage sublime, est tellement plus agréable ! Pour donner l’exemple, j’inaugure un cabanon avec mon liquide doré. vallée paucartamboVisite d’une maison de pierre à l’ancienne, toit de chaume, complètement enfumée à l’intérieur après des siècles d’usage du foyer et du four à pain, sans cheminée. Fabian s’est construit à côté une demeure toute neuve en adobe et toit de tuiles romaines, deux niveaux et plusieurs ailes, un vrai luxe, mais sans garantie en cas de déluge ou de tremblement de terre. Les étages sont interdits officiellement, pour défaut de résistance aux pluies torrentielles. Donc au risque et au péril du bâtisseur. Fabian dispose de sa propre source, abondante, entourée d’un bosquet d’eucalyptus, rempli de fleurs grimpantes, partiellement capté et branché sur des tubes métalliques pour l’irrigation. Un esprit progressiste plane sur cette famille. Un rideau de pluie s’abat sur nous, source de vie pour les agriculteurs et bénédiction pour les semailles. Qui songerait à s’en plaindre ? 

      choza

      Quelle joie de reprendre le travail en groupe, en prodiguant mes conseils et relatant mes expériences dans mes livres. Fugace bonheur en examinant un bébé puis sa famille, au seuil de la maison du chino Aquino enduite de chaux ocre, sur un banc couvert de tissus flamboyants, en plein soleil. Au poste de santé, je me replonge dans les textes sur les plantes médicinales en écoutant de belles musiques populaires sudaméricaines, Roberto Carlos « La guerra y la poesia », et des chansons engagées de Pedro Suarez Vortiz, un argentin, et Alberto Plaza, un chilien. pédiatrie aylluEnthousiasme communicatif de ces jeunes médecins dévoués au progrès de leur pays, se consacrant durant trois mois à l’amélioration des conditions de vie de leurs concitoyens campesinos arborigènes. Moment de grâce et de joie vibrante, de partage avec cette jeune génération qui m’appelle « el padre ». Un élan contagieux qui vous fait dépasser vos limites, oublier la douleur, sous une poussée d’adrénaline. Dans le fond de la gorge, le rio Mapucho en crue est chargé de limons noirs. Les repas sont pris dans l’unique auberge du village sur une île au confluent du rio Mapucho dont les crues chocolat se fondent aux eaux encore cristallines de son affluent. Les tinettes, un simple trou béant au-dessus du courant torrentueux ; des bouffées d’air rafraîchissent agréablement les fesses à chaque visite et distraient des odeurs d’urine fermentée. Pour se laver les mains, un robinet dehors, au coin du restaurant. Les plats rustiques, potages au maïs ou trempe le manioc, riz et pot-au-feu avec une viande découpée en filaments filandreux mais riches en cartilage, fruits au dessert, bananes, grenades ou ananas, tous cueillis dans la région, voilà de quoi vous ragaillardir le corps et vous caler l’estomac pour de bonnes heures. Des musiques technocumba ou des waynos tonitruent dans les haut-parleurs. Il ne faut pas oublier que cet établissement se transforme en boîte de nuit les samedis soirs, comme en témoignent les gyrophares à miroir. Nos compagnes se mettent à rire et me traduisent les couplets d’une chanson :« De la cintura para arriba/ nunca te lastimaré. / De la cintura para abajo/siempre te molestaré./ Es tu culpa si tu calzón/ se comprometió con mi pantalón!” Décidément c’est la vie pure et dure. Le soir est consacré à la réunion de synthèse sur le travail dans les communautés, constat des insuffisances et des progrès aussi : Quelle lucidité de ces jeunes médecins et infirmières sur les conditions de vie des populations indigènes ! Un projet de coopération médicale commence à germer dans ma tête. La fatigue de la journée et l’altitude me contraignent à lutter contre un sommeil sournois. Le retour se fait sur la route détrempée et glissante au bord de précipices de plusieurs centaines de mètres. Des croix, ça et là sur les gouffres, rappellent la mémoire des défunts par chute, dans le passé. Le bus dérape sur la piste boueuse, se faufile entre les éboulements de terre et de roches, plonge avec force éclaboussures dans les fondrières, croise d’autres véhicules en rasant le mince talus au bord du vide. Frisson garanti, mais fatalisme résigné : si notre heure a sonné « so be it , alea jacta est, inch allah» que chacun prie son dieu. Sinon ça passera encore cette fois. Nous sommes même gratifiés d’une crevaison: le pneu ne se dégonfle que progressivement et nous permet d’atteindre le village voisin, Huancarani, 4000 mètres, où le chauffeur change la roue sous la pluie, à plat ventre dans la boue glacée sous le véhicule pour glisser le cric.   A nous, en déambulant dans le marché,

      bus UNSAAC, voyage paucartambo avec étudiants

       le privilège des premiers choclos con queso de la saison, à un sol chacun. Avec la faim, tout paraît savoureux, surtout les mets poissant les doigts. Le corps connaît dans l’ébriété de l’altitude un état second.

      (read next the second chapter)

      *****



      commentaires ( 1 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      26/05/2008 - ANDES, de l'horreur à l'extase (II)

      ANDES, de l'horreur à l'extase (II)

      Devant ma table de travail, le regard perdu sur mon Apu protecteur, le Pachatusan pilier du ciel en inca. Il est enneigé aujourd’hui, ce qui explique cette impression de glace dans la moelle des os. Je déplore le manque de mémoire, qui se défile et joue à cache-cache avec les mots et les pensées. cathedrale cuzco, Apu pachatusanOxygène quand tu nous manques ! Oxygène à 50%, c’est une préfiguration d’un grand âge vécu de façon anticipée, heureusement réversible. Lenteur d’idéation sénile comme disent les neurologues. A Cusco l’espoir demeure autour de mes projets, traduction en espagnol et publication du livre sur les premiers pas de l’Ecole de Médecine et les premières missions de médecins et étudiants dans les communautés andines, dans les années 80. Se laisser forger par les circonstances, lire les opportunités offertes par les amis, demeurer dans la main de Dieu, ouvert aux autres, chacun dans sa destinée singulière.

      Le bonheur à Cusco, c’est aussi une omelette au fromage et au bacon avec un lait au pisco ou un café au lait, à la terrasse de l’Ayllu devant la Place d’Armes, avec ses arcades coloniales et les façades d’andésite rose de l’église de la Compaña, sous un soleil filtré par les nuages d’encre, avant les torrents de pluie de l’après-midi. Un authentique centre du monde, soulevant ma passion. L’émotion s’émousse avec les jours, sous le poids de la rude réalité. L’usure des jours mais jamais la nausée comme en Europe.

      Etrange retour des choses, une boucle se referme : on me consulte sur un contrat de recherche avec les Laboratoires S… à propos de plantes médicinales. En principe favorable à ce type d’échanges, je dénonce néanmoins avec vigueur un contrat léonin qui comme par le passé, tente de dépouiller le Pérou, l’Université de Cusco et ses chercheurs de leurs ressources naturelles, de leur patrimoine génétique et de leurs travaux scientifiques. fleurs de Machu PichuLes brevets sur des plantes doivent rester la propriété du pays d’origine et de sa population, et les recherches, l’apanage des scientifiques péruviens. A quand la fin du pillage des ressources et du patrimoine végétal et organique (pétrole, gaz) par les multinationales ? A quand le vrai partenariat ? Des plantes en menace de disparition comme la uña de gato, pour leurs vertus thérapeutiques et leur faveur auprès du grand public, aux Etats-Unis et en Europe.

      4300m, au piede de l'Apu sacré

      La vision magico-religieuse imprègne la vie quotidienne des Andins. Réflexe d’autodéfense d’une population opprimée depuis des siècles, en souffrance morale et persécution culturelle qui se réfugie dans l’utopie, comme l’avait remarqué un ami, Père dominicain.  Rosa la botaniste relève que la marijuana mâle est une drogue ; femelle, elle est une fibre utile pour l’industrie textile. Pauvres plantes qui dès qu’elles rencontrent le succès auprès de l’homme occidental sont menacées d’extinction, comme le sano-sano, columel, une fougère arborescente de la selva amazonique à Cosnipata ou la uña de gato déjà mentionnée (Uncaria tormentosa) chez les Ashaninkas sur le Rio Ene ou chez les Matsiguengas et les Ese Ejas, sur le Rio Madre de Dios.

      portail tiahuanaco, dieu soleil-jaguarQue me vaut la chance de me voir présenter une collection unique, inconnue des archéologues, par Eliazar, l’homme sur les traces de l’Inca, Inkayupin. Originaire de la région de Pukara sur l’altiplano, là où les premiers hommes, indignes, furent pétrifiés par les dieux, il collectionne depuis son enfance des lithosculptures, figurines à plusieurs faces sculptées, guerriers, jaguars, tortues, serpents, grenouilles, limaces, animaux représentatifs du règne de l’eau, et d’autres du monde souterrain, aérien, perroquets, Apus…Ces pierres étaient des cultes votifs pour implorer des faveurs aux dieux, ou pour des cures par frottage, comme ce pénis creux destiné à pratiquer des instillations intravaginales. L’homme jaguar ou le condor-puma est une divinité de Tiahuanaco, avec ses crocs caractéristiques. Le petit condor, condor-apuchi est une divinité enfant.

      condor AndesA son propos Eliazar nous raconte la légende d’une pastourelle courtisée par un condor que des circonstances naturelles avaient laissé veuf.  Elle l’avait conquis par sa beauté, entrevue du haut du ciel. Il donna ses instructions au puma, aux renards et à ses congénères oiseau de proie pour épargner les moutons et les lamas de son troupeau. Un jour il ne se contint plus et la rapta en l’emportant à califourchon sur ses ailes. Il la déposa sur son aire où il lui dressa un lit de plumes et de bonne laine arrachée aux flancs des alpacas. Il la nourrit de côtelettes prélevées sur ses réserves ordinaires. Quelques mois plus tard naquit de cette union peu orthodoxe un enfant à corps humain et à tête de condor qui devint le petit dieu Apuchi, adoré par les habitants de l’ayllu où vivait la jeune fille. Eliazar me montre encore le jaguar-serpent, originaire de la culture chavin. Il y a aussi l’homme-aigle, huamancha, l’homme-guérisseur ridé dont la vénérabilité est attestée par trois cercles inscrits dans son dos. Les hommes-guerriers sont couronnés de plumes maskaypacha. La femme au vagin occupant la moitié de son corps est un symbole de fécondité, de même que la figurine d’une femme accouchant.  Des armes en pierre comme ces casse-têtes qui peuvent aussi assister dans les massages paravertébraux.

      intiwatana machu PichuCes pierres Illas représentent parfois des maquettes de cités en miniature avec leurs andènes, leurs tours défensives, leur intiwatana pour scruter les signes stellaires, leurs fortifications en escalier, signe de l’éclair, comme la ville de Sacsahuaman qui lui était consacrée. Les images sont souvent divisées par un axe de symétrie qui évoque les pôles du Yanantin, l’organisation spatiale des Incas. Ces figurines appellent la protection des dieux sur toute une communauté et sur ses productions agricoles. D’autres pierres portent les insignes du pouvoir en croix, tocapus, ou en forme de vase, aribalo. Dans le musée inca, un schéma des constellations incas attire mon attention.

      Il confirme mes descriptions de la cosmogonie présentée dans mon livre « Andes, La voie du Condor » où l’on reconnaît l’inca avec sa fronde, le lama noir catachillay, le bélier multicolore urcuchillay, notre constellation de la lyre, et la Croix du Sud. La maison des Anciens mallquiwasi abritait les momies des ancêtres Incas que l’on promenait dans les avenues chaque année à l’occasion des rites de la pluie, avant les semailles.

      constellations incas, lama noir

      La forteresse de Sacsahuaman dominant Cusco était consacrée à l’éclair Illapa avec ses fortifications en zig-zag. Elle était semée d’images de pierre sculptée Ch’urukuna, wakas et willkas. On offrait des lamas d’or et d’argent aux cimes neigeuses et à leur symbole, le condor. La prière d’un prêtre retentissait dans l’espace (invocation rapportée par Cristobal de Molina, 1576).

      sacssahuaman forteresse inca
      carnet de route: cosmogonie andine

       



      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      23/06/2007 - PSYCHOTROPES VEGETAUX DES CHAMANES ANDO-AMAZONIEN

       

      PSYCHOTROPES VEGETAUX ET CHAMANES EN AMAZONIE ANDINE

      François Luis-Blanc in « Médecins et Chamanes des Andes » Editeur l'Harmattan

      Les chamanes ando-amazoniens font usage de nombreuses plantes bien répertoriées[1]:

      La coca (Erythroxylon coca), universellement répandue sous la forme de son alcaloïde la cocaïne, était la feuille sacrée des Incas, réservée surtout à l'usage des princes, les Panacas ; elle était parfois distribuée au peuple à l'occasion des fêtes officielles. Les propriétés de cette feuille sont remarquables: sédatif de la soif et de la faim, défatigant, traitement du mal de l'altitude, le sorroche, par les vertus de son alcaloïde sympathomimétique, analgésique et anesthésique2. erythroxylon cocaCueillies sur un arbuste cultivé dans le piémont andin au Pérou comme en Bolivie, les feuilles séchées sont portées dans un sac de laine brodée, la uncunia en quéchua ou cocatari en aymara et mastiquées par les indiens, c'est la chaccha, selon l'habitude héritée du coquéo, La feuille est mâchée en même temps que de la poudre calcaire dont l'alcalinité favorise l'extraction du principe actif par la salive, du moins le suppose-t-on. Cette plante est donc devenue la source et le symbole du stoïcisme indien face à sa misère. Mais la coca joue aussi un rôle fondamental dans les rites de divination au cours des sessions rituelles. Lors de leur chute sur la table de divination les feuilles dessinent par leurs formes et leurs couleurs variées des figures que le guérisseur, yatiri, déchiffre comme les pages d'un livre ou les cartes de nos diseuses de bonne aventure.

      L'intoxication par la cocaïne présente certaines particularités. La mastication comme l'aspiration nasale et l'ingestion de base provoquent une euphorie accompagnée de confusion mentale, d'hallucinations visuelles puis de somnolence. L'usage chronique, fréquent chez les indiens vivant dans les zones de plantation, peut induire une déchéance physique et psychique.

      cactus san Pedro, figures de NazcaLe cactus San Pedro (Trichocereus pachanoi) rencontré dans le nord du Pérou3 est riche en mescaline.et se distingue du cactus cierge vulgaire par le nombre de rainures de son corps octogonal dépourvu d'épines4 .Sa préparation se fait par ébullition de trois cactus coupés en rondelles cuits en infusion dans cinq galons d'eau, de midi à six heures du soir, jusqu'à évaporation du liquide.

      La mescaline s'apparente par sa structure aux médiateurs nerveux dopamine et cathécolamines et elle déclenche des réactions communes à celles observées avec le Peyotl au Mexique. Elle agit sur les centres optiques et peut transformer les perceptions auditives en impressions lumineuses sous forme d'étincelles ou de boules intensément colorées.

      L'intoxication commence par des troubles sensoriels accompagnés d'hallucinations psychomotrices visuelles, auditives et cinesthésiques.

      Le sujet a une impression de déplacement de ses organes et sa vision devient kaléidoscopique. Les illusions sensorielles peuvent se traduire par une macropsie, augmentation de volume des objets, par une métamorphose des choses et des êtres avec un sentiment de distanciation ou d'intériorisation de ceux-ci, ou enfin par leur déformation en images fantastiques. La perception du temps est également altérée ce qui peut donner au sujet l'impression d'être transporté en d'autres époques ou d'autres lieux, expérience que traduit bien l'expression "voyage", ou "vol astral" comme le décrivent les chamanes andins.

      La phase hallucinatoire est parfois suivie d'un apaisement propice à l'introspection et à la méditation. Mais le retour à la réalité est le plus souvent vécu comme une épreuve angoissante, accompagnée de troubles de l'idéation, d'une gêne au cheminement des pensées et à l'élaboration de raisonnements, d'une fuite des idées et d'une obnubilation. A cette confusion mentale s'associent après l'usage chronique de ces substances des troubles de l'affectivité et de l'humeur à type d'euphorie alternant avec la dépression, accompagnés d'angoisse et parfois de crises catatoniques.

      Le Floripondio ou Misha blanca rei, appelé encore rastrera curandera pour ses pouvoirs diagnostiques des maladies, est un arbuste ornemental aux belles fleurs en cornets blancs de la famille des solanacées (Datura arborea) rencontré dans les jardins de la région de Cuzco. Il est encore décrit sous le nom de Kampacho et ses feuilles sont parfois fumées comme traitement de l'asthme. Le fruit épineux et décoratif, frit comme une pomme de terre puis conservé dans un flacon d'alcool, est riche en alcaloïdes tropaniques, hyoscyamine et scopolamine à effets parasympatholytiques et il peut être utilisé en frictions contre les rhumatismes ou les douleurs névralgiques par ses vertus analgésiques.

      ayahuascaLe Chamico (Datura stramonium) est une autre espèce de datura poussant au bord des chemins de la Vallée Sacrée comme un chardon à fleur bleue. Les semences du fruit sec épineux sont communément appelées "tue chien et chat". Les gens qui le consomment, parfois à leur insu, sont plongés dans la démence. Les feuilles brûlées appliquées en friction ou prises en "mate", infusion, soulagent les rhumatismes. La stramoine connue sous le nom de jimsonweed dans le monde anglosaxon, comme les autres daturas, contient les alcaloïdes neurosédatifs et antispasmodiques de la belladone, l'atropine et la scopolamine, présents dans toutes les parties de la plante mais concentrées surtout dans les semences. Leur ingestion produit un syndrome d'intoxication atropinique avec confusion, tachycardie, hyperpyrexie et mydriase.

      La scopolamine présente dans toutes les solanacées atropiniques dites "mydriatiques", dont la formule est proche de celle de la cocaïne, provoque après l'intoxication aigüe une amnésie antérograde que le guérisseur peut mettre à profit durant sa cure pour induire l'émergence de pensées ou d'obsessions révélatrices du conflit vécu par le patient, à l'origine de son mal. La hyoscyamine, autre principe actif retrouvé dans ce groupe de plantes, est un dépresseur cérébral avec un effet antiémétique parfois utilisé pour l'induction anesthésique.

      L'Ayahuasca (Banisteriopsis caapi) dont l'on a identifié de nombreuses espèces dans la forêt amazonienne est une forme de lierre, appelé "la liane des dieux". Ses principes actifs, l'harmine ou télépathine, la tetrahydroharmine et la harméline ont de puissantes propriétés psychotropes qui peuvent induire une déstructuration de la personnalité. Pour l'extraction, il faut broyer la plante dans une marmite de terre où l'on jette également des feuilles de yage ou oje (Hameadycton amazonicum) brassées et additionnées à plusieurs reprises jusqu'à remplir la marmite à moitié et complèter avec de l'eau. Le tout est cuit à feu doux en prenant bien garde de ne pas laisser déborder le liquide qui laisserait échapper l'esprit maléfique de la plante capable de s'en prendre au préparateur.

      banisteriopsis caapiL'harmine est une bétacarboline retrouvée dans d'autres plantes comme la passiflore en Europe. L'hypothèse a été formulée qu'elle existe peut-être spontanément dans le cerveau comme neuromédiateur5. Les bétacarbolines jouent un rôle probable dans le contrôle de l'anxiété et elles possèdent une activité convulsivante à côté de leur propriété psychomimétique hallucinogène. Elles provoquent ausi des diarrhées et des vomissements qui au regard des patients participent à l'élimination de leur mal. Elles favorisent aussi le catharsis des conflits par le biais de la crise d'agitation psychomotrice qu'elle déclenche dont la richesse du contenu émotionnel objective les conflits du malade6.

      La liane a un effet purgatif lorsqu'elle est préparée seule ou potentialise la DiméthylTryptamine(DMT) dans l'association harmine-DMT. Le cocktail de β-carbolines présent dans l'ayahuasca est nettement purgatif, psychoactif et finement psychédélique. Les effets psychotropes d'une décoction non réduite d'ayahuasca-liane sans additif, tels qu'ils ont été observés durant une diète de 4 jours à Tarapoto, recouvrent bon nombre de ceux décrits pour le mélange. En vrac et résumé : magnification de la perception des sons, des couleurs et des contours (détails), sensibilité exacerbée aux odeurs, introspection, prise de conscience du corps (notamment de la sphère gastro-intestinale), perméabilité à l'Autre[3]6b.

      Voyez un clip d'une session rituelle "Ayahuasca" en Amazonie au centre TAKIWASI

      Look at a clip of a ritual session "Ayahuasca"in Amazonia, at the Takiwasi Center

      http://www.youtube.com/v/0_fZDZIlFjg&hl=en

      Le Toe ou San Pablo, pusanga purga (Datura speciosa) est également originaire de la forêt amazonienne. Cette plante hermaphrodite est classée comme mâle si elle présente de grandes feuilles ou comme femelle si ces dernières sont petites, arrondies et particulièrement moins riches en principes actifs. Ses fleurs élégantes, semblables à des clochettes blanches prennent avec le temps une coloration jaune grisâtre. Elle est parfois utilisée comme philtre d'amour ou llama-llama pour obtenir des faveurs amoureuses d'un partenaire réticent. Il suffit d'ingérer trois feuilles, le plus souvent avec de la ayahuasca pour être mareado, affecté par ses effets7.

      Le tabac sauvage (Nicotiana rustica), bien connu dans la Vallée Sacrée comme supaïccarco , est aussi appelé "l'herbe pour se moquer des ivrognes" car introduit dans la chiccha, un alcool fermenté de maïs, il déclenche une ivresse désopilante et sauvage. Chez la femme il a la réputation de réveiller un désir fougueux. Son usage remonte à la période précoloniale espagnole8.

      Le condor purga (Lycopodium sp.) ou le ckoto-ckoto (Apodanthera herrerae), une autre liane grimpante de la région amazonienne, sont associés fréquemment aux breuvages comme vomitifs-purgatifs pour contrôler les effets nocifs des psychotropes et en accélérer l'élimination après la cure rituelle.

      La huilca ou vilca (Anadenanthera colubrina) est connue dans le sud du Pérou, en Bolivie et en Argentine dans sa variété sébil. Ses semences contiennent des alcaloïdes de la tryptamine et de la bufoténine, substances qui, également fort prisées des sorcières du moyen-âge européen, s'apparentent à la sérotonine, un neuromédiateur du cerveau.

      Le huanarpo (Iatropha ciliata, euphorbiacae), appelé encore palo de grado, barbasco, figue del duende, est l'une des plantes les plus renommées pour la magie amoureuse, par ailleurs entourée d'un véritable halo de légendes qui mériteront d'être relatées ultérieurement. D'autres plantes nombreuses et huanarpovariables selon les régions et les pratiques des guérisseurs, trouvent aussi leur place dans cet arsenal rituel, thérapeutique ou divinatoire, et leur description peut être consultée dans les articles référenciés 9,[4] .

      Circonstances rituelles de la prise de psychotropes:

      L'usage rituel des hallucinogènes par les guérisseurs s'effectue dans le cadre de sessions curatives ou divinatoires, parfois aussi destinées à l'envoûtement maléfique ou amoureux. Le rôle joué par les psychotropes dans le rituel curatif a été bien mis en lumière par des psychiatres péruviens9:

      "Certaines substances provoquent des diarrhées et des vomissements dont l'apparition signe pour le malade l'efficacité du breuvage par l'expulsion du daño, le mal, à travers les excréments. Par ailleurs, l'effet de mareacion, le malaise induit chez le malade, se traduit par une obnubilation, une labilité émotionnelle, une plus grande facilité d'expression et la multiplication de fantasmes, toutes manifestations qui renforcent le pouvoir de suggestion du guérisseur".

      Le guérisseur absorbe le breuvage en même temps que le patient mais témoigne d'une meilleure tolérance à ses effets par l'usage habituel qu'il en fait. Par ailleurs, la prise de San Pedro par exemple, riche en mescaline, ou d'autres plantes hallucinogènes lui permet d'analyser à travers ses hallucinations construites autour de l'anamnèse du patient, tout le contexte de la maladie, ses causes et les traitements à prescrire par un phénomène de rastreo, divination par balayage intuitif et empathique, au sens propre du terme. Le guérisseur tente par son entraînement professionnel d'assumer une attitude objective vis à vis de ses propres hallucinations qui font défiler des images et des scènes en partie suggérées par le dialogue avec le patient, dans une démarche qui n'est pas éloignée de celle de la psychanalyse ou de l'hypnose.

      table du alto-misayok CuscoLa table curative où se déroule le rituel est couverte d'objets symboliques dont le pouvoir de suggestion sert de support sensoriel aux délires hallucinatoires, à l'instar des tests projectifs utilisés par les psychologues modernes. Au regard du médecin occidental, la démarche du guérisseur d'invocation des forces naturelles et d'absorption de l'énergie cosmique s'apparente à la concentration des pensées induite lors d'une séance d'hypnose, autour d'un univers représenté de façon symbolique sur l'espace réduit d'une table où peut se dérouler toute la trame d'une existence.

      La réaction des patients aux effets conjugués des modificateurs de comportement et de la séance rituelle varie en fonction de leur disposition individuelle10. Elle oscille de la simple hilarité ou de la prostration jusqu'à la véritable transe spirite avec crise épileptoïde. Le malade a ainsi l'opportunité d'extérioriser ses conflits par son activité délirante, autant par son discours, souvent incohérent, que par sa gestuelle.

      achachila(sur cette photo, prise à un puits sacré de Tarapoto, les indigènes ont reconnu l'esprit de la cascade),

      Le symbolisme des images visualisées durant les hallucinations varie en fonction de l'univers culturel des sujets, visions de serpents python par exemple pour les patients amazoniens, visions de dragons pour des patients occidentaux. Il s'agit souvent de projections individuelles, souvent en relation avec les conflits du patient, que le chamane pourra ensuite interpréter empiriquement dans un but thérapeutique lors du dialogue consécutif à la prise de substances psychotropes. C'est de telles sessions que l'on peut espèrer retirer de nombreux enseignements sur l'art de guérir des sorciers ou chamanes péruviens.



      [1] CABIESES F., 1993..-- Apuntes de Medicina Tradicional: la racionalizacíon de lo irracional, 331 p, Lima, Diselpesa

      2 MEDINA CASTRO L.D., 1960, folklore medico, Conferencias Secigra.

      3 CHAUMEIL J.P., 1985, Prise d'hallucinogènes et transe chamanique: un exemple de l'Amazonie péruvienne . In Transe, Chamanisme et Possession, p 55-61, Ed. Serre, Nice.

      4 Les Nazcas le représentaient déjà comme un être anthropomorphe sur leurs céramiques. Ce cactus en effet s'épanouit et fleurit à l'image d'un corps humain dont sont dessinés la tête avec un front saillant, la poitrine où est marquée le coeur, et les membres correspondant aux ramifications (GUSHIKEN J.J., 1979, Tuno el Curandero, p 187, Ed. Biblio. Univ., Lima).

      . LUIS-BLANC ET AL., 1988, Cure magique par les guérisseurs andins, in Psychotropes, 4, p53-58.

      5 MÜLLER W.E. ET AL, 1981, On the neuropharmacology of harmane and other betacarbolines, in Pharmacology, Biochemistry & Behavior, Vol 14, p 693-699.

      6 CHIAPPE M., 1970, Psiquiatria folklorica peruana. In Psiquiatria en la America Latina, Ed. Rosselli, Bogota.

      6b [3] BOIS-MARIAGE F., Ayahuasca : Une synthèse interdisciplinaire. Psychotropes, Vol 8, n°1, p 79-113

      7 SEGUIN C.A., 1979, Psiquiatria folklorica, p 105, Ed. Ermar, Lima.

      8 DE SMET P., 1985, A multidisciplinary overview of intoxicating snuff rituals in the western hemisphere, in J. of Ethnology, 13,.p 3-49.

      9 DOBKINS de RIOS M., 1979 La cultura de la pobreza y el amor magico, in Psiquiatria folklorica, Seguin (Eds), Lima, Ermar, p 109.

      9 CHIAPPE M., 1970, Op cit., p 76-92

      10 L'activité hallucinatoire du peyotl par exemple varie entre un sujet indien et un blanc américain en fonction de son idiosyncrasie culturelle (WALLACE A.F.C., 1963, Cultura y Personalidad, Ed. Paidos, Buenos Ayres)



      commentaires ( 1 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      25/02/2007 - Passages andins-Andean passages: 5 movies



      look at andean movies .

      1. The inti Raymi, celebration of the cusquenian sunfeast : the prayer to the sun by the Inca, the procession of the caciques, orejones, warriors, amazonian indians with their pythons  and ñustas, the virgins of the sun. 

       clic at :  http://www.youtube.com/watch?v=yl991WTya9A

                    http://www.youtube.com/v/8ZgcLrrLkIE ~

                   http://www.youtube.com/v/xHDUvILWkXc

                   http://www.youtube.com/v/eYYi2_7dCZk

       the indian tribes from the Amazon perform the pytons'dance .

      click at:  http://www.youtube.com/watch?v=-kDnWghD9tM

       2.  crossing the Andes from the Sacred Valley, Cusco, Peru, toward the Amazon.

      A close view of the La Veronica summit, above 6000 m.

       

      clic at:  http://www.youtube.com/watch?v=30bYv2gx6dY

       

                  for more information look at :

            http://waynakuna.free.fr/inti.raymi.htm

       

       

       

       



      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      21/01/2007 - Los quatros poderes del shaman : drum, drugs,dance and dreams

       

      Los quatro poderes del shaman: (François Luis Blanc)

      Drum, Drugs, Dance and Dreams

       

      El médico psiquiatra Rosa Giove practicando curas rituales por el canto shamánico Icaro en el centro de tratamiento de las toxicomanías Takiwasi en la Amazonia peruana, atribuye al canto la virtud de vehiculo de la energía personal del shaman, símbolo de su poder. La melodía y las frases, muy simples, son cargadas del simbolismo de las plantas, de los animales y de los elementos ambientales.

       

      sigle(Pour plus d'informations consultez le site: for more details clic at. www.takiwasi.com)

       

      Los neuroteólogos han explorado recientemente esos mecanismos por las técnicas más modernas del EEG electroencefalograma y del PET-scanner con sustancias radioactivas mostrando el flujo circulatorio cerebral. Se han analizado los estados modificados de consciencia inducidos por la meditación, de budistas recitando los mantras “Om” o de shamanes amerindios durante rituales. Se ha comprobado que el estado de meditación profunda bloquea las informaciones llegando al lobo parietal y aumenta el flujo sanguíneo en el sistema límbico que genera las emociones y los recuerdos. El cerebro reorienta su estado de vigilancia necesario a la lucha para la supervivencia “fight-or-flight reactions”, en el sentido de una aceptación, una dilatación del animo con sensación de plenitud. La activación cerebral se focaliza en el lobo prefrontal, la área donde se concentran nuestros pensamientos y estados de humor, de manera caricatural entusiasmo y interés para la parte izquierda, pesimismo y actitud negativa para la derecha. La actividad eléctrica de las ondas cerebrales también se modifica durante la meditación con menos ondas alfa del despierto y más ondas lentas tetha del sueño. (referencia del esquema a seguir:Time magazine)

      Se han registrado en Méjico las ondas eléctricas del cerebro durante sesiones shamánicas, precisamente en el estado de trance, el “drum-and-dance-trance” de los anglosajones, inducido por la danza, los cánticos, el tambor, y la tomada de sustancias alucinógenas como el peyote, mezcalina, las cuatro armas D del poder shamánico “Drums, Drugs, Dance and Dreams”. Al momento de la sensación de viaje interior o ubiquitario y de las deformaciones sensoriales  a tipo de figuras voladoras como en las pinturas de la cultura Nazca donde se sabe que se tomaba el cactus san pedro tambien rico en mezcalina durante los rituales, reacciones comunes a ese tipo de experiencias, los neurobiologistas han grabado ondas cerebrales eléctricas lentas con ondas delta de grande amplitud, un estado modificado de consciencia de adormecimiento con vigilancia mental conservada. Esa experiencia parece similar al estado de creatividad crepuscular investigado por los poetas surrealistas.

      Eses dados científicos nos confirman que los estados cerebrales de los rituales, de la meditación y ciertos de la creación artística tienen una base común, un estado modificado de consciencia con vigilancia y activación de la parte emocional y de los recuerdos pero abolición relativa de la actividad intelectual superior. Nos ofrece también un esbozo de explicación neurobiológica al respecto del poder de las palabras sobre nuestro estado cerebral.

       

      Ejemplo de tecnicas modernas, pet-scanner :

                     imagen del cerebro durante una estimulacion sexual

       cocaine effect on brain

       (activation of brain reward system and cortical inhibition by cocaine)

      sigleRead a book about modified states of consciousness:

      "LSD Sprituality and the Creative Process"

      Marlene Dobkins de Rios and Oscar Janiger

      Park Street Press, Rochester, Vermont,  2003

      WWW.InnerTraditions.com

       

      siglefor practical shamanistic experiences, look at:

       

      Here's the link with a Printable Version of This Page at
      http://www.guariadeosa.com/events/plant-medicine-2007.html

      sigleImportant Note: Pablo Amaringo's original Ayahuasca Visions paintings
      will be on exhibition and for sale at the Council Gathering.
      These paintings can be seen at:
      http://www.guariadeosa.com/photos/pamaringo/paintingsforsale/index.html

      Thanking you in advance for your time and your Spirit in Networking
      and we hope you can participate as well! If so, please contact Dahlia
      Miller.

      A Vacation with a Purpose!
      Protect the Rainforest one vacation at a time
      dedicated to sanity and sustainability
      at GUARIA de OSA "Orchid of the Rainforest"
      a Rainforest Ocean Wilderness Discovery Centre
      & Ethnobotanical Gardens on the
      Osa Peninsula of Costa Rica!

      www.OrchidoftheRainforest.com
      www.osanimi.org




      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      12/01/2007 - APOCALYPSE MAYA (I) » 5 movies«

      APOCALYPSE MAYA (I)

      voyez le film sur Tikal (1969), look at the movies:

      http://www.youtube.com/v/TuEWNu2AKEA 

      (1969 :  mayas in the region quiche )                      

      http://www.youtube.com/watch?v=upzylycEh-g 

      1969 : mayan rituals in Chichicastenango                

       http://www.youtube.com/watch?v=073xw_s88rY 

      1968 : canoa trip to indian huts in Peten ,Guatemala,

      http://www.youtube.com/v/T6H-gdynGP8   

       1969: Scènes indiennes

      http://www.youtube.com/watch?v=KCICyrRJ2aw

      Apocalypse maya II

      http://www.youtube.com/watch?v=m1Fsf8WHt0o

       DIVAGATIONS SUR LE CHILAM BALAM 

      Disciple du vieux de la montagne, je vogue sur le fleuve Usumacinta en quête de Piedras Negras, la cité enfouie. Mes aventures m'ont ballotté d'une ville maya légendaire à l'autre, Quirigua, Copan, Seibal, Kaminaljuyu, Mixco Viejo,…

      (See the movie related to this cosmogony :

       click at:  http://www.youtube.com/v/YE-lt-a5nl0 )

       Ma pirogue frôle les arbres des rives chargées d'aigrettes blanches qui s'éparpillent en flocons sur mon passage. Un déluge se déverse soudain de la gueule d'un ophidien géant. La pluie et la tempête festonnent le sol de leurs éclairs, y crachent leurs silex, les nymphéas pavent les lacs inondés de leurs émaux que piétinent les échassiers jicanas en ballerines.

       Sous les voûtes selvatiques se déchaînent les oiseaux. Frémissement du colibri, baiser fleuri, miroitement arc-en-ciel, reflets métalliques dans l'ombre, les aras, gorge rouge offerte au couteau, le quetzal, débauche de couleurs dans sa queue en panache, comète irisée pour la coiffe des seigneurs. Au terme d'un sentier boueux où mes jambes pataugent sous la frondaison détrempée, se profile un cortège de stèles: elles encerclent une pyramide effacée sous les ficus géants. Les perroquets aras courent derrière le nouveau soleil à l'horizon, se moquant des seize Rois assis en tailleur sur un autel dans la lointaine Copan où autrefois, scribe halluciné, je saisis leur image.

      Sur les linteaux de pierre, je déchiffre les glyphes scellant des temps jalonnés de faits cosmogoniques où régnaient Bouclier Jaguar ou Oiseau Jaguar. Un escalier périlleux s'enfonce au creux de la pyramide. Dans la tombe dissimulée, un masque mortuaire --ses traits de pyrite et coquillage cernant un regard de jade-- m'attire dans son rêve éveillé. Un astronome chamane inscrit les divagations royales sur ses rouleaux de fibres d'agave, consignant fidèlement le lien entre les événements calendaires et les phénomènes célestes.

      Sans mot dire, il me tend une coupe où mes lèvres savourent la boisson fermentée d'agave et de maïs, sucrée au miel et au tanin de balche. Les fumées de tabac sauvage ou du champignon peyote m'embrument l'esprit. Des clystères de lotus enrichissent ma narcose. Le mage observe à l'orient Soleil naissant annoncé par l'Etoile du matin qui met le feu à l'horizon; il fait jaillir la sève vitale du fromager, l'arbre ceiba pentandra jusqu'à ses frondaisons cosmiques. Les mollusques marins, les cochenilles, les papillons, les colibris et les aras macaos incrustent de carmin et de pourpre le ciel constellé, les étoffes, le parchemin fibreux, les céramiques et les fresques.

      Au plein midi le panache jaune de l'ara macao rend hommage au maïs mûri dans la fournaise. Une tornade m'entraîne, des dieux étranges me visitent. Animaux, plantes, étoiles, rochers, se bousculent en souffles sacrés devenus les nahual des humains. Bientôt le jour roule dans l'occident, détourne le Soleil, enterré au Royaume des morts avec, pour sentinelle, le jaguar. La déesse du suicide Ixtab l'y attend, les yeux griffés de noir.

      Les corps célestes s'entrechoquent dans la valse des soirs. Les prêtres, les chamanes, les maîtres en divination et les rois y lisent la chronique des faits. Les éléments naturels, eau, montagnes, terre et ciel se métamorphosent en monstres issus du monde surnaturel où l'âme abandonne son enveloppe charnelle.Revivant les hallucinations du roi Pacal, je suis précipité dans l'inframonde, en plongeant le long des racines de , le dieu aux trois têtes de serpent. Des bras prolongent la croix feuillue du maïs, où exsude la lymphe vitale, flux des liquides sacrificiels.

      La fleur blanche exhalée de mon âme éclot sur l'arbre cosmique; ma tête décapitée comme celle du jumeau légendaire Hunahpu renaît dans la calebasse, fruit du jicaro. Coincés dans ma bouche, l'amulette en T, une perle de jade, des grains de maïs, viennent en mince obole pour croiser les espaces jusqu'au royaume des morts Xibalba sillonné de fleuves et de cascades de sang. Le souverain, sa fleur blanche exhalée depuis des siècles, a dépouillé le bandeau qui lui ceignait le front. Il a gagné pour son ultime traversée le monde lacustre après l'épreuve de terreur. Sa caste est consacrée au dieu créateur Hunab Ku dont les quatre fils Bacab portent les points cardinaux de l'univers. Comme le dieu Kin Pacal, bouclier du soleil, crevant la carapace de la tortue, je plonge pour mon ultime croisière au royaume d'Outre-tombe, Xibalba, pour rejoindre la déesse Mère. Proche de moi, la reine Xoc, éclairée d'une torche tenue par son mari bouclier jaguar, se perfore la langue d'une épine d'agave. Le sang jaillit à flot et la reine défaille, en transe. Le serpent lui apparaît dans ses visions.  Dans la cité de Tikal, Seigneur Dix huit Lapins rencontre Seigneur Cacao sous un ciel tempétueux. Ils interrogent ensemble le mouvement des astres pour y lire la volonté des dieux. Leur Roi fomente ses guerres pour écraser la rébellion. Son premier rival, le seigneur de Tikal, Oiseau Zéro Lune fourbit ses armes dissimulées sous son pagne et son ample ceinture. Il cherche alliance pour ses guerres auprès de Coquillage enfumé, avec la bénédiction de son prédécesseur, le noble Nouveau Soleil à l'Horizon.

       

      Au royaume de Xibalba, les âmes des guerriers tiennent congrès: le Vieux de la Montagne, Premier Seigneur de l'Arbre, Seigneur Sacré du Ciel, Seigneur Cacao en compagnie de son épouse, Noble Dame. Chan Balàm, Serpent Jaguar, s'est hissé vers le ciel, au long de l'arbre de vie. Le fromager, ceiba à la sève de sang incarné dans le caïman, se dresse, colonne de l'univers; ce pilier cosmique unit la terre au zénith, dans l'érection de la Croix Feuillue, ressuscitée de l'au-delà à l'effigie du maïs. Les trépassés ont gravi à leur tour cet axe cruciforme, pivot de l'univers à la couleur du jade, de l'émeraude, de la turquoise, du quetzal et du macao bleu --emblèmes de l'eau pure que s'est approprié le roi Yax K'uk Mo. Leurs âmes ont rejoint Hunab Ku, la Grande Main étendue sur le cœur de la terre. Le dieu céleste envoie ses rayons et des petits arcs fleuris dont le parfum se répand du treizième ciel. Le lapin quant à lui, divinité des scribes, batifole avec Lune Croissante. Dans les mêmes parages, un dernier dieu, Cauac, couve le feu qui fait voler les montagnes, dans sa demeure au centre de la terre. Il se joue des ouragans et des éruptions volcaniques.

       

       Les nappes aquifères sondées au creux d'un cenote, donnent accès au puits sacré noir d'obsidienne, pierre issue de la foudre. Je dois y jeter en offrande au dieu Chac disques d'or, masques, bijoux de jade, encensoirs de terre cuite où brûle le pom. Des êtres plongent dans les eaux troubles du cenote. Je progresse sur des cimes enneigées, puis foule la cendre d'un volcan éructant son torrent de pierres et de fumerolles.


       


       





      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      26/12/2006 - movies. shaman and medicinal plants in the Amazon

       5 MOVIES: Shaman and amazonian medicinal plants 

      to see the movies, clic on :

       

      (I)   http://www.youtube.com/v/j2-tfPWlI-E 

      (II)   http://www.youtube.com/watch?v=sfIWkLPt930

       (III)  http://www.youtube.com/v/wnF2TUXHgqk

       (IV)  http://www.youtube.com/watch?v=30bYv2gx6dY

       

       

       

      (V)  http://www.youtube.com/watch?v=NH0gXgNpeEM

      a poem about deforestation in Brazil

        http://www.youtube.com/v/5r5UzutbFRE

       

       

      TREATY TO SHARE THE GENETIC COMMONS

        Several entities and associations have fought to prohibit all patents on plants, micororganisms, animal and human life including patents on genes and the products they code for, in their natural, purified or synthesized form in order to preserve the Earth’s gene pool .

      The goal of the Convention on Biological Diversity (CBD) and the International Undertaking on Plant Genetic Resources (IU) is sharing equitably the earth’s biological heritage.

      Are also strongly commited to this treaty and stewarding the earth’s gene pool :

      . The Association Quechua-Aymara ANDES/Indienous Peoplles´Biodiversity Network (IPBN)

      . The National Family FarmCoalition (NFFC)

      . The Southe East Asian Regional Institute for Comunity Education (SEARICE)

      . Grean Peace Genetic Engineering

      .  Indigenous People«’s Council on Biocolonialism (IPCB)

      . Rain Forest Action Network (RAN)

      .  The Rural Advancement Foundation International (RAFI)

      . Community Technology Development Trust (CTDT)

      . The Foudation on Economi Trends (FOET)

      . The Institute for Agriculture and Trade Policy (IATP)

      . The Council for Responsible Genetics (CRG)

      . The Coordinating Body for te Indigenous Organizations of the Amazon Basin (COICA)

      . The Center for International Environmental Law (CIEL).

       

      In the past, an International campaign has successfully obtained the cancellation of a patent on sacred “Ayahuasca “plant, the Banisteriopsis caapi native plant from the Amazonian rainforest.

       

      Today other native plants from the peruvian Amazon will be patented with no respect of the traditional knowledge and use of a plant by indigenous peoples :

       Is it ethical to claim private rights over a plant or knowledge belonging to a cultural or ethnic group? 

      The patent applicants should identify all biological resources and traditional knowledge that they used in developping the claimed invention. They should also disclose the geographical origin and provide evidence that the source country and indigenous community consented to its use.

       

      Please support and diffuse this information

      for further informations over Costa Rica rain forest, consult:

      A Vacation with a Purpose at Guaria de Osa on ...

      * * * * 

      • Celebrating Earth Day and the quarter moon
      • Celebrating Mother’s Day** and the full moon

      COUNCIL for CULTURAL and BIOLOGICAL DIVERSITY
      and SENTIENT EXPERIENTIALS
      joyously announce hosting during Mango Season

      Two Timeless 9 days/8 nights RainForest Plant Medicine Council Gatherings

      “Nature as Teacher, Indigenous Wisdom & Rainforest Conservation Strategies”

      with time-honored Maestros from the Ecuadorian Amazon,
      an acclaimed Ethnobotanist, a Ceremonial Master Counselor,
      and an Iyengar/Continuum Movement Yoga Teacher
      together with mindful/thoughtful participants in
      self-discovery, wellness and exploration of rainforest plant traditions!

      ** We recognize Mother's Day does not fall on the same date of the year for every country around the world largely because of traditions and culture.

      A full announcement is posted on Guaria de Osa's Calendar of Events.

      * * * *
      Is it too cold for too long where you live? Then come to tropical Costa Rica for a timeless vacation with a purpose at GUARIA de OSA Rainforest Ocean Discovery Centre & Ethnobotanical Gardens on the OSA PENINSULA of COSTA RICA where the Rainforest kisses the Pacific Ocean!

      In addition to the information in this Circular,
      there are extra important details for each event at Calendar of Events:
      http://www.guariadeosa.com - or - http://www.orchidoftherainforest.com



      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      8/12/2006 - Movie :Fiesta de la Conquista, Quiche-mayas in Guatemala, 1968

       

       

        MOVIE :

      In the sixties, every year, the quiche, from mayan origin, were celebrating the "Fiesta de la Conquista", a ritual to exorcise all the sufferings remembered from the spanish conquest in the sixteenth century. The quiche people living in the Altaverapaz region, Guatemala, has endured "La violencia" in the eighties, during the civil war. They suffered mass deportations in concentrations' camps, killings; in many cases, after the peace signed in 1999, they have found their villages completely destroyed.

      This short movie pays tribute to somehow disappeared rituals and traditions of the quiche people, the last living mayas.

       

       FILM : défilé des cofradias

      Dans les années soixante, chaque année, les quichés, descendants des mayas, célébraient le "Fête de la Conquête", un rituel destiné à exorciser les horreurs de la conquête espgnole au XVIe siècle. Le peuple quiché vivant dans la région de l'Altaverapaz, Guatemala, a subi "la Violencia", pendant la guerre civile des années 80. La population a souffert des déportations en masse dans des camps de concentrations, des massacres; dans de nombreux cas, après la paix signée en 1999, les quichés ont retrouvé leurs villages complètement détruits.

      Ce court métrage rend hommage à des rituels et des traditions en partie disparues du peuple quiché, parmi les derniers mayas survivants.

      Tags: mayan   rituals   palo   volador   fiesta   de   la   conquista
      Broadcast: Public Video | Status: Live!

      1. look at (visionnez à):

      http://www.youtube.com/watch?v=upzylycEh-g

       

      for further informations about the amerindian world, consult:

      http://www.pachamama.org/




       



      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      20/11/2006 - The Native American Elders prophesies

      The Elders who attended the conference, called the Circle of Wisdom Native Peoples/Natives Homelands Climate changes Workshop, stated:

      "It is the spiritual connection to Mother Earth, Father Sky and all Creation that is lacking in the rest of the world... We call upon the people to hold your leaders accountable..."

       

      Chief Joseph said:

      "Earth was part of his body and they were of one mind".

       

      The greed of market economies and the perversion of science and technology that have claimed or contaminated the land, particularly the native lands, have brought deforestation, pesticides, industrial waste, radioactive poisoning and mining.

       

      "What good is an economic sytem if our children die anyway?" asked a Kanaka Maoli elder from Hawaii.

       

      THERE IS NO POST ENVIRONMENT ECONOMY!

       

      enlighten your in-box: http://www.etnopsico.org

       

       

       



      commentaires ( 1 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent


      21/10/2006 - andean cosmogony

      Incas d’hier et d’aujourd’hui: survivance de la cosmogonie préhispanique dans les Andes  

      François Luis-Blanc  

      Dans les Andes pour la première fois en 1981, pour une mission de recherche médicale, j’y ai subi plusieurs chocs, celui de l’altitude, celui d’une grande misère humaine et sociale, assortie pourtant d’une fascination pour ces peuples indiens, leur culture et leur scène de vie grandiose, impressions qui ne m’ont jamais quitté. Nous savons tous ce qu’a représenté la conquête espagnole du continent américain au XVIº siècle : massacres, véritable génocide de 90% de la population autochtone, évangélisation par le fer et par le feu, inquisition pour « extirper les idolâtries », un doux euphémisme pour signifier un ethnocide brutal.

      Dans ce contexte on pourrait croire qu’après cinq siècles d’acculturation, il ne reste rien des cultures indiennes préhispaniques, sinon des ruines et quelques manifestations folkloriques dignes tout au plus de distraire les touristes. Et pourtant, au long des vingt années où j’ai fréquenté les communautés andines durant mes activités d’enseignement ou de recherche avec les étudiants de l’Ecole de Médecine de Cusco, j’ai découvert peu à peu un univers indien très riche, survivance des traditions, rituels et religions préhispaniques. Un imaginaire amérindien qui n’a fait qu’adopter, du bout des lèvres on pourrait dire, la religion et les coutumes chrétiennes imposées par la force. On a parlé de syncrétisme mais il n’est qu’apparent. J’espère vous faire découvrir un monde amérindien qui a su conserver son identité, sans l’adultérer, en adaptant simplement les apparences de ses pratiques aux exigences de l’envahisseur. C’est un message d’espoir pour nous tous, à l’heure de la globalisation et du nivellement général, apparent, des cultures. Nous allons tenter de retrouver dans ce voyage la trace de cette pensée oubliée des époques incas et préincas.

       

      Les peuples amérindiens

      Il y a plus de 16.000 années, 

      au moment d’une glaciation, vous le savez, commença l’odyssée des tribus asiatiques arrivant par le détroit de Behring, migrant par vagues successives vers les territoires qui seraient ensuite ceux des Peaux-rouges nord-américains, ceux des olmèques, mayas et aztèques en Méso-Amérique, pour n’en citer que quelques uns (image # 1). Puis les migrations vers le sud des peuples donnant origine aux cultures régionales tiahuanaco, nazcas, araucans, aux empires chavin, waris et incas. Ces tribus primitives cherchaient sans cesse de nouveaux territoires de chasse et de cueillette, dans les forêts, les plaines et les jungles, puis sur les flancs des montagnes andines. Ces territoires étaient aussi celui du jaguar et ainsi naquit le peuple jaguar de Tiahuanaco(image # 2), près du lac Titicaca (La roche de plomb en quechua, associée au jaguar dont la robe métallique évoque la couleur du plomb). Le jaguar, animal qui chasse la nuit, auquel l’Indien attribue une qualité solaire : la flamme de ses yeux brillants est la lueur du soleil qu’il emporte avec lui dans la nuit, au crépuscule. C’est la divinité féline sculptée sur le fameux portique de la porte du soleil à Tiahuanaco : les rayons solaires émanent de la tête du félin, ses yeux lancent des lames de feu et des larmes de grêle, choque chinchay en quechua.

       Ces démons sont transformés en alliés à travers des rituels par les tribus pour écarter la terreur. L’icône féline devient alors la protectrice des cueillettes et des troupeaux. En Bolivie, lors des danses indiennes, on revêt toujours leur masque.

       

      La création par le dieu Wiracocha

      Alfonsina Barrionuevo raconte la légende suivante dans son livre “Cusco mágico » : Il fut un temps où le soleil n’illuminait pas la terre. Des hommes étranges vivaient alors, capables de déplacer  les roches à volonté en les roulant pour transformer les montagnes en plaines d’un seul coup de leurs frondes géantes. La lune irradiait la pénombre, éclairant à peine ces êtres appelés ñaupas machus, les très anciens.Un jour, Wiracocha, le créateur universel, convoqua les machus pour leur offrir ses pouvoirs. Mais ces derniers le dédaignèrent. Le dieu wiracocha, en colère contre ces êtres qui l’offensent, crée le soleil et commande son lever. Le soleil, jaloux de la lune, prend une poignée de cendres et les jette à la face lunaire, faisant pâlir sa splendeur. Presque aveuglés par la lumière, les ñaupas machus se réfugient dans leurs tanières mais la chaleur de l’astre dessèche leurs peaux collées aux os. Par ce grand incendie primordial, Wiracocha en termine ainsi avec l’âge obscur et pétrifie ces êtres primitifs condamnés désormais à survivre dans les grottes et les anfractuosités des monts. Cet  incendie destructeur, soit dit en passant, on le retrouve aussi chez les premiers mayas, dans le livre du Popol Vuh des mayas-quichés. C’est donc un mythe commun à tous les peuples amérindiens. Pas étonnant, dans leurs migrations transaméricaines, ils ont tous croisé l’un de ces incendies dévastateurs des forêts et des savanes. Commence alors l’âge de l’agriculture et le règne de Wiracocha. Les cimes divinisées les Apus créent un couple pour peupler la terre, un homme et une femme remplis de sagesse. L’empire inca légendaire commence ainsi avec le couple primordial descendant du soleil et de la lune. Mama Oqlo-Qollari et Manco Capac Inkari fondent la capitale Cusco, l’ombilic du monde. Les quelques machus qui ont survécu deviennent les soq’as, des êtres momifiés qui vivent dans les cavernes et viennent tourmenter les vivants. Ils se réincarnent parfois dans ces ânes poilus sur la Puna.  C’est alors que Wiracocha enseigne aux humains comment construire des canaux d’irrigation et des terrasses agricoles, les remarquables andènes, qui permirent le développement des civilisations andines dans les hauteurs les plus inhospitalières. Historiquement elles apparaissent sur les pourtours du lac Titicaca puis se diffusent à tout l’altiplano andin.Les jardins suspendus de Moray, avec cette série d’andènes circulaires dans un cirque montagneux avaient des canaux d’irrigation préservés depuis plus de 500 ans : c’était peut-être un exemple de pépinière ou de serre pour cultures expérimentales de plantes pour les Incas, pour le maïs mote avec ses énormes grains, la quinua, l’olluco et le tarwi (lupinus), d’autres céréales locales, les 400 espèces de pommes-de-terre, le panti, les fleurs de quantu…Les agriculteurs succèdent donc aux nomades-pasteurs et chasseurs-cueilleurs. On retrouve les bergers de guanacos et lamas, et les chasseurs avec des bolas, une arme lancée comme une fronde que les gauchos d’Argentine utilisent toujours pour attraper le bétail. Ces nomades deviennent alors les maîtres de caravanes de lamas qui assurent le transport des excédents agricoles et le sel des immenses lacs salés de résurgence volcanique sur l’Altiplano, le long des voies incas sur plus de 5000 kms de l’empire des quatre angles, le Tawantinsuyu. J’ai rencontré les descendant de ces porteurs dans la communauté de Huilloc, qui assurent encore aujourd’hui le transport des bagages des touristes sur la Voie Inca vers Machu Pichu. Pour ceux d’entre vous qui ont pu l’emprunter vous pouvez peut-être en reconnaître quelques uns.

               (image # 3. fresque de Juan Bravo)

      On aborde ainsi l’âge d’or inca, symbolisé par la trilogie andine du félin, de l’éclair-serpent et du condor. Cet âge d’or est l’empire de la paix, des aliments contre la faim, de la tolérance religieuse et du culte des Ancêtres, les huacas, les momies et tous les fragments de céramiques.      J’insiste sur cette notion parce qu’aujourd’hui encore, l’élite intellectuelle et politique de Cusco se réclame de cette époque et voudrait ressusciter cet âge d’or, peut-être utopique, mais comme un modèle de développement local, bien différent de la globalisation occidentale.

      L’unité de cet empire inca est l’ayllu, la communauté andine traditionnelle qui s’étage comme celle des Queros, près de Cusco sur trois zones, la montagne pour les lamas, l’altiplano pour la culture, et parfois le piémont amazonien pour la cueillette des fruits tropicaux et la recherche de l’or. On y retrouve l’égalité entre l’homme et la femme qui travaillent coude à coude dans les champs. L’homme ouvre la terre avec la chacla, une pioche locale , et la femme plante les semences. Dans les beuveries des fêtes aussi, les épouses ne se privent pas. On est en présence d’une civilisation de la réciprocité avec les dieux et entre les humains. Il faut édifier des ponts entre le monde des vivants et les mondes invisibles, les esprits et les ancêtres.

       

      Astronomie et cosmogonie inca

      Depuis les temps les plus anciens, l’homme à son réveil à l’aube regarde les étoiles. Il fait l’astronome et consulte d’emblée le ciel et les astres pour savoir ce que lui réserve le jour et le climat. Il étudie le mouvement des astres par rapport au soleil, l’être divin. Cela devient une pratique traditionnelle pour l’agriculteur d’observer les étoiles et les constellations qu’il projette sur l’écliptique des planètes et le zodiaque des constellations. Il s’attache, comme les anciens égyptiens ou mayas, à définir la sortie héliaque des astres, c’est-à-dire,  leur émergence à l’horizon est, juste avant le soleil à l’aurore. Vous pouvez imaginer que les constellations de l’homme andin n’ont rien de commun avec les nôtres, héritées du    monde assyro-babylonien et de la mythologie grecque.

      Nous pouvons faire une digression dans cette cosmogonie andine, une façon de nous initier à l’imaginaire amérindien. La Voie Lactée, parce qu’elle est facilement observable, est dans tous les mythes cosmologiques du monde l’instrument chronographique de prédilection pour organiser les calendriers célestes et les rituels agricoles. Vous allez découvrir avec elle le pont, la connexion de l’humanité andine avec le supramonde, Hanan Pacha. La rivière Mayu, le chemin du lama, est la frontière entre les mondes. Le serpent mythique amaru à deux têtes  apparaît parfois, près du cactus hallucinogène san pedro, lors d’une séance de divination. Il  représente aussi cette voûte céleste, une force destructrice qui s’agite sous la terre et fait crouler les montagnes. Il figure encore sur les linteaux des portes incas, pour faire fuir les mauvais esprits.

      L’arc-en-ciel, de la couleur de la bannière inca que la ville de Cusco brandit toujours, possède sept bras de lumière et un œil malin, le terrible k’uichi. Il représente un autre chemin de communication avec le monde d’en haut, hanan pacha, et les dieux. Une légende, qui peut-être utile pour expliquer les enfants adultérins, veut que l’arc-en-ciel peut féconder les donzelles solitaires qui croisent son feu et s’en trouvent enceintes. De même, une femme gravide ne peut le regarder sans risquer de graves malformations pour son enfant.

      (cosmogonie inca)

      Les échelles sculptées ou figurations de l’éclair sur les stèles-rempart d’Ollantaytambo, dernière résidence d’été des Incas et des nobles Panacas dans la vallée sacrée, sont un pont chacana vers l’Equateur céleste. Elles sont un symbole de pouvoir et aussi un autre point d’échange avec les mondes surnaturels. Cela paraît intéressant de connaître le chemin qui nous conduira jusqu’au ciel au moment de notre mort, grimpant par ces échelles, comme celle de Jacob dans ses rêves, jusqu’à la Voie Lactée. Je crois que vous ne pourrez plus désormais la voir avec les mêmes yeux…A Cusco les deux bras de la rivière céleste avec leur confluence vers le  nord (nous sommes dans l’hémisphère sud, avec les figures inversées) coulent en aval depuis la montagne cosmique, le Pachatusan, pilier du ciel en quechua, tusan ce sont les poteaux de soutien des maisons. C’est aussi sur le Pachatusan que se lève le soleil, derrière l’église de la compania jésuite. On retrouve tous les éléments que je viens de vous citer sur la cosmogonie dessinée par Salcamayga Pachacuti au XVIº siècle, comme représentation d’un disque en or qui figurait sur les parois du Qoricancha, le temple du soleil, avant la conquête, et que les Espagnols bien sûr ont fondu en lingots. C’était une forme d’extirpation des idolâtries qui rapportait gros aux conquérants. Nous allons nous attarder quelque peu sur cette image. Le dieu wiracocha siége au centre, sous la forme de cet oval, la matrice ou l’oeuf cosmique. Il lance ses foudres quand il déchaîne son tonnerre et l’éclair Illapa. Le couple primordial apparaît sur l’axe de symétrie, le long de l’équateur céleste qui traverse les Tres marias, la grande manade d’animaux pour les Incas, flanqué du dieu soleil Inti et de la déesse lune Mamaquilla. L’arc-en-ciel couvre la voûte céleste au-dessus de la terre Pachamama.
       

      Le flux des eaux célestes est important à noter. Les rivières célestes, le pilcomayo, le pucyo et la mer mamacocha coulent entre les nuages brillants du ciel et débouchent près de la Croix du sud où elles forment l’écume du choc zénithal. C’est là que nous regardons le point le plus lumineux de notre galaxie et que se trouvent les constellations andines connues comme la Lama Yacana et la renarde céleste. Elles correspondent aux taches obscures, situées sur la Voie Lactée, bien visibles en octobre. Le mythe nous conte que le lama noir, avec ses yeux brillants nayñauin, doit boire toute l’eau de l’océan Pacifique dans la source céleste pour uriner ensuite les pluies au moment des semailles.

       

      Les sacrifices rituels incas

       Nous constatons ainsi l’importance fondamentale donnée par les Anciens au flux des eaux célestes en rapport avec le régime des pluies sur la terre. C’est pourquoi se célébrait en décembre la fête Capacocha (mer du roi), avec des sacrifices aux huacas et une procession des momies royales pour soutenir le lama noir dans cette bataille et contrôler les inondations. On comprend mieux ce phénomène quand on pense aux cataclysmes déclenchés par le Niño, qui se répète de façon cyclique, déjà aux époques préhispaniques. On sacrifiait donc des lamas, mais aussi des enfants. Vous vous souvenez de cette momie congelée d’enfant retrouvée au sommet d’un volcan de 6000m. Aujourd’hui on a retrouvé une vingtaine de jeunes filles sacrifiées dans les mêmes circonstances . L’empire inca se construit autour de la prière. C’est une affirmation audacieuse mais si l’on considère que ces sacrifices étaient une invocation portée jusqu’aux étoiles par les âmes des enfants sacrifiés comme émissaires auprès des divinités pour arrêter le désastre. C’était aussi une conjuration de la peur que le Créateur puisse abandonner ses créatures (image # 6). Les peuples andins étaient terrorisés devant les éclipses, cela vous le savez depuis votre enfance quand vous avez lu Tintin et le « Temple du Soleil ». Ils croyaient comme beaucoup d’autres peuples premiers que le soleil et la lune pouvaient mourir, comme la chute de l’astre pouvait le faire croire avant les solstices d’hiver.  Une éclipse solaire pouvait-elle effectivement sauver Tintin du sacrifice ? Soit dit en passant, Hergé avait bien fait son travail d’anthropologue. Mais après tout ce que je vous ai raconté sur les connaissances des astronomes andins, je ne pense pas qu’ils puissent être pris au dépourvu par une éclipse, dont ils savaient prévoir la survenue. Tout au plus auraient-ils été admiratifs des connaissances astronomiques du jeune héros et je crois qu’ils auraient pu l’admettre dans leurs rangs ou le respecter comme un savant étranger, qui ne méritait plus d’être immolé. 

       momie inca d'enfant du XVe

      Je vous soumet une brève oraison à Wiracocha  relatée en 1613 par Pachacuti Yamqui, l’auteur de la carte cosmogonique, pour vous faire entendre la musique de la langue quechua, à la fois onomatopéique et métaphorique :

       Ah ! Uuiracochanticcicapac / Maypin canqui ? Maypin canqui ? Hanancocha mantarayac/ Hurincocha /Tiyancaya. 

      Ah ! Wiracocha, premier arpenteur géomètre, où es-tu ? Depuis la mer au-dessus de nous, jusqu’à la mer à nos pieds, Tout est ton trône.

      La poésie de la langue quechua, héritée des âges où l’homme comprenait encore la langue des animaux, apparaît encore dans les noms de ses villages et hameaux comme.Waqan wayqu, la gorge qui pleure, Intipampa, la plaine du soleil: Wiñay wayna, la jeune éternelle la jouvence: Anquasmarca, le nid des condors: Phuyupatamarca, le village sur les nuages, voilà un endroit où les artistes ou chacun d’entre nous aimeraient bien vivre !      

      ()

      (El secreto de los Incas; los misterios de una civilizacion perdida. William Sullivan, Ed. Grijalba, Barcelona, 1999).

       

      À Cusco, les directions cardinales croisant le Temple du Soleil, passent sur l’axe Est-Ouest par le mont Pachatusan  et par l’axe nord-sud se dirige vers la sortie de la Croix-du Sud ). Le Quoricancha, cela veut dire l’enceinte d’or, était le cœur des quatre provinces du Tawantinsuyu dont la grande muraille elliptique  a ses terrasses orientées au sud-ouest, vers le soleil. C’est pourquoi Cusco est l’ombilic du monde, dans la paume de la « montagne cosmique » dont parle Mircea Eliade, un mythe récurrent dans beaucoup de cultures. Les prêtres incas multipliaient les rituels à l’occasion du lever de soleil au solstice d’hiver en juin (nous sommes dans l’hémisphère sud, ne l’oubliez pas). C’était et c’est toujours l’Intiraymi, la fête du soleil que l’on célèbre aujourd’hui comme le Corpus Christi, Inquisition oblige. Mais dans l’esprit des Indiens, il n’y a aucune équivoque !Il faut encore souligner que le Wilcamayu ou Vilcanota ou Urubamba, la rivière qui traverse la Vallée Sacrée près de Cusco, qui coule ses limons couleur de cendres en dégageant des vapeurs, est elle aussi associée au fleuve de feu originel dans le ciel, la Voie Lactée. Et voilà la boucle refermée qui fait de nouveau de Cusco l’ombilic du monde. Vous voyez que tous les chemins ne passent pas par Rome. La papauté et l’Inquisition avaient oublié les routes incas  

        Il y a 20 ans, j’ai participé à un rite de Pago a la tierra, offrande à la terre, avec une lecture dans la coca, effectué par un Paqo, un sorcier ou shaman que l’on appelle aussi altomisayoq ou pampamisayoq selon son origine de la montagne ou de la plaine. A cette occasion, il m’avait aussi consacré au Pachatusan, la montagne cosmique de Cusco (image#8). Le rituel était destiné à favoriser à l’époque le développement de l’Ecole de Médecine, toute nouvelle, qui se logeait dans les dépendances d’une demeure coloniale, La Casa del Almirante, près de la Plaza de Armas, au centre ville. Sur le terrain vague où se déroula le rituel, vous pouvez me croire, se dressent aujourd’hui plusieurs édifices respectables qui abritent la faculté de médecine, consacrée comme l’une des meilleures des Andes pour sa formation dispensée en faveur des populations indiennes locales L’histoire andine se déroule par cycle, les Pachacutec, comme l’historien péruvien Pablo Macera les décrit. Après l’âge d’or inca que nous venons de parcourir, le mauvais comportement des hommes, leurs vices et leur manque de vénération commencent à irriter sérieusement le dieu Wiracocha. Il décide d’abandonner la terre à son sort, (et dépêche l’instrument de son châtiment, fléau du destin, le capitaine Pizarro, prétendent les mauvaises langues). Mais on appelle cela de l’ethnocentrisme, toujours tout interpréter par le petit bout de notre lorgnette. En chemin vers son palais céleste, où croyez-vous que le dieu se dirige ? Evidemment, il emprunte la Voie Lactée qu’il croise sur un pont chacana, une partie de notre Croix du Sud. Son départ est la répétition cyclique du mythe qui parlait de l’âge des guerriers, déjà en l’année 640 de notre ère, quand tout le monde andin fut détruit par une inondation. Toujours le phénomène del Niño...

       

                                                               *****

      16/10/2006 - Andes, La Voie du Condor

       (Ver capa-See cover page-Voir page de couverture. album fotos)

      Editions l'Harmattan 

       see the spanish edition at: http://www.amazon.com/dp/B004S27338

       www.editions-harmattan.fr

      look at a TV VOYAGE.fr interview of the author:

      http://www.youtube.com/watch?v=3Rg2Lsr9xy0

      Le périple d'un chasseur des gènes de la ayahuasca sur les traces de l'anthropologue Koch Grünberg dans les communautés indiennes de l'altiplano puis sur les méandres de l'Amazone. Une initiation chamanique au culte des Apus et des Mallquis et aux rites des Shipibos. L'imaginaire et la cosmovision andine.

      The peregrinations of an ayahuasca gene hunter on the footsteps of the anthropologist Koch Grünberg in the indian communities of the Altiplano and later in the indian communities of the Amazon. A shamanic initiation to the Apus and Mallquis' cult and to the Shipibos' rites. The andean cosmovision (Tras las huellas del condor)

       Las peregrinaciones de un cazador de genes tras las huellas del antropólogo Koch Grünberg en las comunidades indígenas del Altiplano y luego en el Rió Amazonas. Una iniciación shamanica a los cultos de los Apus y Mallquis dentro de la cosmovisión andina. 



      commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent